Le 5 mars, à SOLEIL, les photons s’arrêtent


Conscients des risques que fait peser la LPPR sur le système de l’enseignement supérieur et de la recherche, des scientifiques du Synchrotron SOLEIL, première Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) française, participent pleinement au mouvement de protestation et se mobilisent. Symboliquement la lumière permettant les expériences menées sur cette TGIR a été coupée de 14h à 15h : «Le 5 mars, à SOLEIL, les photons s’arrêtent».

Sur la vidéo attachée, on voit les lignes de lumières passer en blanc les unes après les autres, signifiant que la tête de ligne est coupée. Certaines lignes «vertes», ne pouvant pas fermer leur tête de ligne, ont tout de même tenues à arrêter les expérience en cours.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *