Austérité dans les facs ? Essayons l’ignorance ! Assemblée générale le 18 février


tumblr_njrw4ef2bJ1unk97io1_1280

Tract_final.pdf

Aujourd’hui, 200 millions d’euros nécessaires au fonctionnement correct des universités manquent au budget de l’enseignement supérieur.

L’Université Paris-Sud a besoin de 5,8 millions d’euros et fait partie des nombreuses universités françaises victimes de coupes budgétaires drastiques.
La présidence a fait le choix d’un équilibre budgétaire dont les conséquences sont désastreuses pour tous les usagers de Paris-Sud.

Mercredi 18 février, nous invitons :

  • L’ensemble du personnel à se rendre à 12h00 en assemblée générale dans l’amphi Henri Cartan (Bât. 427),
  • Tous les étudiants à se réunir devant le Bât. 427 à 12h45 afin de se répartir dans les comités d’action

Ce qu’il va se passer :
À court et moyen termes

1) Personnels chercheurs, enseignants-chercheurs, techniciens, administratifs, ingénieurs : Suppressions ou gels de postes, gel des salaires, surcharge de travail, hausse des heures bénévoles, suppression de postes d’ATER et de contractuels.
2) Étudiants : suppression ou surcharge des TD, suppression d’options, offres de stages insuffisantes …

Dans le long terme

1) Personnels: précarité de plus en plus présente
2) Enseignants-chercheurs : diminution du temps de recherche, hausse de la charge de travail, précarité
3) Étudiants : hausse des frais d’inscription, sélection à l’entrée en licence, perte de la diversité de formation, difficulté à l’insertion professionnelle

 

Ce qu’on a déjà fait :

Jeudi 5 Février a eu lieu une assemblée générale qui a réuni sur le campus d’Orsay 300 étudiants, personnels et professeurs …
Ce jeudi 12 Février, nous étions 400 et nous sommes rendus à plus d’une centaine devant le siège de la présidence afin d’interpeller le président Jacques BITTOUN, qui a refusé de se mobiliser.
En décembre dernier, personnels et étudiants ont manifesté et obtenu du gouvernement qu’il revienne sur une partie de la coupe budgétaire initialement prévue et restitue 70 millions d’euros aux universités.
C’est la preuve qu’une action collective peut faire changer les choses !