Compte-Rendu de l’AG de réflexion sur une Coordination Nationale Recherche 1


L’AG s’est tenue le 18 février et a réuni environ 60 participants. Apres quelques interventions sur les perspectives en cours (Contrat Objectif Moyens – COM – du CNRS par ex), le constat a été dressé de la grande faiblesse de mobilisation dans les laboratoires. Des gens du CEMAGREF et de l’INRA sont venus en témoigner directement. L’insertion des labos dans un campus universitaire est un facteur de mobilisation mais il reste constaté que même au sein des universités, il est difficile de mobiliser les personnels de la Recherche.
Le mot d’ordre de ‘non au démantèlement des organismes de recherche’ ne suffit clairement pas. Or il est difficile de faire porter plus que cela à la Coordination Nationale des Universités.

Il a donc été discuté de la nécessité d’une information plus forte dans les laboratoires, de la divulgation de documents de travail tel que le COM etc. Il a été discuté de l’importance de détailler et de rendre visibles des revendications construites et fortes concernant les laboratoires de recherche ET leur personnel
Les interventions ont pointé qu’il fallait mettre en place un point concret de ralliement vers lequel les agents de la Recherche – Chercheurs comme ITA – puissent trouver un point d’ancrage à leurs revendications.

Cette coordination n’aurait pas vocation à se couper de celle de l’université mais à apporter une dynamique nouvelle au mouvement en mobilisant plus fortement dans les laboratoires.
Elle doit permettre comme celle de l’université de toucher des gens qui ne se sont pas sentis concernés par le mouvement. Un point largement évoqué et très symbolique : l’idée d’un site type ‘ orsayenlutte ‘ qui centralise, informe, soit un lieu de débat et qui ne soit pas identifié comme appartenant à un site de syndicat ou SLR/SLU mais regroupe TOUTES les forces.
Pour autant, tout le monde a tenu à réaffirmer la place importante que ces organisations doivent jouer dans le mouvement en cours mais il faut qu’il y ait une large place laissée aux initiatives individuelles et locales. C’est donc bien à travers une coordination nationale ouverte, construite sur des critiques pertinentes et centrées sur les personnels et leur devenir ( tous les personnels ) que l’on pense trouver une dynamique nouvelle de mobilisation.

A la question :

‘Souhaite t on voir émerger une Coordination Nationale Recherche’, les gens présents ont voté OUI à 1 abstention près.

Il a été proposé de renommer cette action ‘Collectif National Recherche’ pour montrer notre volonté de s’inscrire dans le mouvement initié par les Universités. Il a été porté par plusieurs l’expression que ce collectif devra impérativement travailler en parallèle et avec la Coord Nationale Université.

Un groupe de travail va se mettre en place à Orsay pour définir plus précisément les contours que nous attendons de ce Collectif et savoir si nous avons les forces de proposer Orsay comme site d’accueil d’une AG Nationale inter EPST des labos.

ABSOLUMENT TOUTES LES BONNES VOLONTES SONT INVITES A REJOINDRE CE GROUPE DONT LA 1ere REUNION AURA LIEU VENDREDI – Lieu à définir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Compte-Rendu de l’AG de réflexion sur une Coordination Nationale Recherche

  • jusserand bernard

    bonsoir

    je suis interessé à vous rejoiindre pour réfléchir aux actions sur les EPST, le CNRS en particulier.

    je suis DR CNRSdans une UMR de Paris 6

    merci de me tenir au courant

    bj